248495

 

Il y a comme ça des films que l'on reçoit comme un coup de poing en pleine figure. Qui donnent envie de hurler, de crier sa rage, son désespoir, son désarroi. Dès les 10 premières secondes du film, le dialogue en voix off sans image entre le protagoniste et l'employée de l'agence pour l'emploi, la colère nous noue la gorge. La colère. Elle ne m'a pas quittée pendant toute la projection du film. Colère contre l'administration stupide et inhumaine qui broie les vies, les hommes, les réduisant à n'être que des pions, des mots dans une case où l'on ferait mieux de rentrer sinon c'est la dégringolade. Situations ubuesques, rigidité ridicule, c'est ici le procès de toutes ces administrations où tout être doit passer par le filtre du formatage. Terrifiant.

Comme toujours, Ken Loach a réalisé un chef d'oeuvre, porté par des acteurs magnifiques. Palme d'or méritée. Un coup de coeur.